Focus — 10 March 2015 at 12 h 44 min

Boilers : Alerte spot en danger !

 

cover

 

Boilers (alias La Bouilloire) fait partie des meilleurs spots de surf au Maroc et attire chaque année de nombreux surfeurs étrangers. Ce spot risque pourtant de disparaître purement et simplement suite au lancement d’un projet de construction d’une station de dessalement d’eau de mer sur le site ! Au delà de Boilers, c’est aujourd’hui toute la région de Taghazout qui est menacée, et avec elle l’activité économique que crée le tourisme surf. On parle ici d’une trentaine d’entreprises et 2500 emplois, sans compter les commerces qui vivent de ce tourisme. Christophe Rebecchini, fondateur de Surfrider Foundation Maroc, revient avec nous sur ce projet et sur son impact, écologique et économique, pour la région de Taghazout.

 

Le lancement de la construction d’une station de dessalement à Boilers a mis tout le monde du surf en émoi, Quelle est la situation aujourd’hui à Boilers ?

Effectivement, cela faisait un an que l’on entendait des histoires et des bruits de couloirs sur cette station de dessalement d’eau de mer aux environs du Cap Ghir au nord de Taghazout. Et pour commencer cette année 2015, on apprend tous la nouvelle : le site choisi est le fameux spot historique de Boilers. Toute la communauté surf de la région entre Agadir et Tamri a été scandalisée en apprenant cette nouvelle. Personne n’a été prévenu, les surfeurs ont juste constaté, du jour au lendemain, que l’accès au spot avait été bloqué : un mur et des grillages coupent l’accès à la piste du spot du nord au sud !

 

huissier1

Un mur et des grillages coupent l’accès à la piste du spot du nord au sud

 

A quoi doit servir cette station ?

Cette station doit permettre à terme de produire jusqu’à 200.000 m3/jour d’eau potable afin d’alimenter une partie de la région Souss Massa Draâ. Bien sûr nous ne sommes pas contre ce projet, c’est même une excellente chose que de voir se développer ce genre d’initiative dans une région où le manque d’eau est incontestable. Là où nous ne sommes pas d’accord c’est sur le choix de l’emplacement. C’est vraiment dommage d’avoir choisi l’un des plus spots emblématique du Maroc pour faire ce projet alors que notre pays compte plus de 3500 km de côte.

Dans le cas où le projet serait mené à terme, le spot serait-il condamné ? Quel est l’impact écologique d’un tel projet ?

Si nous n’arrivons pas à arrêter le projet, je pense sincèrement que le spot sera définitivement condamné. Il y a d’abord l’impact écologique des travaux de transformation du site avec un impact potentiel sur les fonds marins, et donc sur la qualité de la vague ! Mais on craint surtout l’impact environnemental du rejet de la « saumure » (déchets de la station) dans le milieu naturel. Les conséquences des rejets de la “saumure” dans la mer sur l’équilibre écologique du littoral sont encore relativement mal connues. En particulier, des rejets de déchets à forte concentration saline ou chargés de produits chimiques peuvent appauvrir ou détruire les écosystèmes aquatiques et dégrader la qualité de l’eau dans un périmètre de plusieurs dizaines kilomètres, peut être même jusque dans la baie d’Agadir !

 

wave3

“Si nous n’arrivons pas à arrêter le projet, je pense sincèrement que le spot sera définitivement condamné”

 

Les autorités ont-elles informé les habitants et acteurs économiques de la région de ces projets ?

Personne n’a été informé. C’est quand même incroyable que dans une région à fort potentiel touristique qui abrite 5 des meilleurs spots de surf marocain, les élus locaux n’aient pas consulté la communauté des professionnels du surf pour ce genre de projet ! Taghazout et sa région ne compte pas moins de 30 surf camps qui font travailler plus de 2500 personnes en emplois directs et indirects. Sans parler de toute l’économie locale qui fonctionnent grâce à ces magnifiques vagues : restaurants, épicerie, magasins de surf, taxi, etc.

Les acteurs économiques et associatifs de la région sont-ils prêts à se mobiliser pour défendre les spots ?

Une Confédération des Entreprise Marocaine du Surf Touristique (CEMST) a vu le jour à Agadir il y a 1 an et rassemble les principaux acteurs de l’économie surf de la région. Avec Surfrider Foundation Maroc, nous travaillons conjointement avec la CEMST et tous les membres affiliés afin de mobiliser un maximum de gens autour de la protection du spot de Boilers ! Tout le monde joue le jeu, nous avons contacté la presse surf internationale, d’autres ONG pour la protection des spots (comme Save The Wave), les réseaux sociaux et il y a même une pétition sur Avaaz qui tourne afin de regrouper un maximum de signatures. Nous recevons du soutien du monde entier : Europe, Australie, Amérique du Sud, Californie …

Les autorités sont-elles conscientes de l’importance du surf pour l’économie de la région ?

Avec l’aide la CEMST nous avons organisé des réunions avec la Wilaya et la Direction Régional du Tourisme. Surfrider Maroc a été invitée à toutes ces réunions et nous avons pu exprimer nos inquiétudes concernant les spots de surf aux autorités locales. Je pense maintenant que ces personnes nous prennent plus au sérieux et commencent (à peine) à prendre conscience de l’importance du surf dans l’économie locale et régionale. Il faudra cependant encore beaucoup de travail à la CEMST pour sensibiliser les élus locaux à l’importance de l’activité Surf pour leur région. On peut prendre l’exemple du sud-ouest de la France, de Peniche au Portugal ou de Bali en Indonésie. Toutes ces régions ont orienté une grande partie de leur économie vers un développement durable du surf avec à la clef un nombre grandissant de touristes !

Quelles actions envisagez-vous pour bloquer les travaux ?

Il faut savoir tout d’abord que les travaux en cours ont été lancés sans les autorisations nécessaires et sans aucune étude préliminaire. Il n’y a en effet à ce jour aucune Etude d’Impact sur l’Environnement du projet (EIE) et l’enquête publique devrait être lancée dans les jours prochains. Le projet n’a pas encore fait l’objet d’une commission et n’a donc pas encore reçu l’acceptabilité nécessaire au lancement des travaux. Pourtant, les travaux de construction du projet ont été entamés depuis plus d’un mois, et ce de façon totalement irrégulière. Aucune indication concernant le projet n’est par ailleurs affichée sur le chantier, ce qui est contraire à la loi.

Surfrider Maroc et la CEMST ont ainsi préparé conjointement un dossier complet (texte de loi + photos + témoignages) que nous avons envoyé à plusieurs instances et/ou ministère du royaume : le Ministère de l’Environnement, le Ministère de la Jeunesse et des Sports, La Fédération Royale Marocaine de Surf et Bodyboard, la Wilaya d’Agadir et bien d’autres encore. Nous avons également fait constater par huissier de justice les travaux illégaux qui ont commencé sur le spot et nous avons tout remonté à ces différentes institutions. Nous attendons maintenant un retour pour voir si nous avons la possibilité de donner notre avis sur ce projet et de discuter d’une potentielle proposition de délocalisation de la station.

huissier

Visite sur le site avec un huissier de justice pour constater le lancement non autorisé des travaux

 

Quels autres spots sont aujourd’hui menacés par des projets dans la région de Taghazout ?

Sur la région de Taghazout, actuellement classée 3ème destination surf touristique mondiale, il y a aussi le spot de Banana (Aourir) qui risque d’être menacé par la station d’épuration du projet Taghazout Bay. Nous ne savons pas non plus ce qu’il pourrait advenir du spot mythique de la Pointe des Ancres (Taghazout) où des travaux de terrassement ont commencé l’an dernier sans que l’on ait eu la moindre information sur la nature du projet final. Plus au nord, il paraitrait qu’un projet d’agrandissement du port de pêche de Imsouane pourrait affecter sérieusement la magnifique vague de la baie ! A chaque fois, c’est le silence total. Les autorités ne communiquent pas sur ces projets et nous mettent devant le fait accomplit !

Surfrider Foundation Maroc est-elle impliquée dans la défense des spots ?

L’une des missions principales de Surfrider Foundation est la défense et la protection de spots de surf. On se rappelle tous le combat qu’a mené Surfrider Foundation en Californie pour protéger le spot de Trestles. Pour le Maroc, c’est vraiment notre premier vrai combat et j’espère que cela va encourager la communauté surf à protéger leurs vagues ! Il faut que l’on s’organise à l’échelle nationale pour référencer tous les spots de surf du Maroc et les faire reconnaitre comme patrimoine national !

Comment pouvons-nous vous aider à protéger les vagues de Taghazout ?

Tout d’abord, tout le monde peut signer la pétition sur Avaaz :

avaaz

https://secure.avaaz.org/fr/petition/La_Wilaya_du_Souss_Massa_Draa_Save_Boilers_Sauvons_la_Bouilloire/?tZOzScb

Ensuite, avec l’utilisation des réseaux sociaux, tout le monde peut faire passer l’information sur ces réseaux afin d’informer et de prévenir le plus de gens possible ! Il y a d’ailleurs une page Facebook pour la protection de Boilers pour ceux qui souhaitent se tenir informés de la suite des évènements : https://www.facebook.com/Save.Boilers.Morocco?fref=ts

 

SAVE BOILERS !

 

Surfrider Foundation Maroc

Créée en 2010, Surfrider Foundation Maroc est une association marocaine loi Dahir 1958 domiciliée à Agadir. Elle est reconnue officiellement comme International Chapter de Surfrider Foundation US (le siège international) et a pour objectif la protection et la mise en valeur du littoral, des plages et des vagues du Maroc. Cette mission est menée à travers 3 principales actions :

  • Apporter une sensibilité écologique (éduquer et sensibiliser les jeunes et le grand publique)
  • Sauvegarder le milieu naturel et la santé (protéger le littoral, les plages et les vagues)
  • Donner les moyens d’agir localement (permettre à chacun d’agir localement pour protéger son environnement)

Le bureau de l’association est constitué d’un président, vice-président, trésorier, secrétaire et conseillé. Dans l’équipe exécutive il y a 3 salariés et une directrice bénévole qui travaillent à l’année sur les différents projets et actions de l’association. Surfrider Foundation Maroc travaille également dans les autres régions du Maroc grâce à des partenariats avec des associations comme Bahri à Casablanca qui font un travail de terrain formidable et relayent les messages et les outils éducatifs

Contact Surfrider Foundation Maroc :

http://www.surfridermaroc.com/

https://www.facebook.com/Surfridermaroc?fref=ts

Comments are closed.